L’étude de l’ADN des défenses d’éléphants contre le braconnage

Par Rédaction Africanews et Associated Press

Des scientifiques sont parvenus à utiliser les données ADN de défenses d’éléphants pour déterminer comment opèrent les trafiquants d’ivoire.

Grace à cette étude publiée le 14 février, ces données combinées à des preuves médico-légales ont permi de cartographier des réseaux de braconnage.

Il n’existerait pas plus de trois grands groupes criminels responsables de la contrebande de la grande majorité des défenses d’ivoire d’éléphant hors d’Afrique.

“Le plus gros point chaud que nous avons vu se trouvait dans la réserve de Selous, dans le sud de la Tanzanie, qui s’étend sur 55 000 kilomètres carrés. C’est la plus grande zone protégée d’Afrique et les braconniers qui y opèrent connaissent très bien cette zone parce qu’ils y ont grandi. Il est extrêmement difficile de trouver ces braconniers dans une zone de cette taille et, lorsque vous les trouvez, ils n’ont que le nombre de défenses qu’ils peuvent transporter. Donc ce n’est pas un très gros butin et il y a beaucoup d’autres braconniers qui peuvent les remplacer.” a expliquéleProfesseur Samuel K Wasser, Université de Washington.

Le procédé mis au point est une méthode génétique et statistique combinée qui permet de déterminer l’origine de l’ivoire braconné. Les scientifiques ont collaboré avec le groupe de travail d’Interpol sur la criminalité liée aux espèces sauvages pour enquêter sur l’origine de toutes les saisies importantes d’ivoire effectuées dans un passé récent.

“Si vous pouvez arrêter le commerce où l’ivoire est consolidé et exporté hors du pays, ce sont vraiment les acteurs clés que vous devez avoir, ils sont le point d’étranglement et notre travail a montré qu’ils opèrent depuis des décennies. C’est d’eux que dépendent les braconniers pour acheter leur ivoire. Donc si vous pouvez les attraper, vous pouvez briser tout le commerce”.

Les chercheurs ont identifié les principaux lieux où l’ivoire est braconné, emballé dans des conteneurs d’expédition, puis transporté par camion ou par train jusqu’aux villes portuaires. Ils ont également montré comment les trafiquants ont modifié leurs opérations au fil du temps en réponse à l’application de la loi.

Les plaques tournantes actuelles du trafic se trouvent à Kampala, en Ouganda, à Mombasa, au Kenya, et à Lomé, au Togo.

“Nous avons des saisies faites en 2005 qui ont une défense qui correspond, a plusieurs défenses qui concordent avec des parents proches dans une saisie faite aussi loin qu’en 2019. Ce sont les mêmes personnes qui sont là, encore et encore. Et ce sont des individus protégés dans ces pays. Ils sont très bien connectés et ce sont ceux que nous devons vraiment obtenir.” a ajouté leProfesseur Samuel K Wasser.

L’interdiction du commerce international de l’ivoire, promulguée en 1989, n’a pas empêché le trafic d’augmenter.

Chaque année, quelque 500 tonnes métriques (1,1 million de livres) de défenses d’éléphants braconnées sont expédiées d’Afrique, principalement vers l’Asie.

https://fr.africanews.com/2022/02/15/l-etude-de-l-adn-des-defenses-d-elephants-contre-le-braconnage/