Les répercussions du COVID-19 nuisent aux efforts de conservation de la nature – publication de l’UICN

Gland, Suisse, 11 mars 2021 (UICN) – La pandémie a eu de répercussions importantes sur la conservation de la nature dans le monde entier, y compris les pertes d’emplois parmi les gardes-forestiers  des aires protégées, la réduction des patroilles de lutte contre le braconnage et les réductions de la protection de l’environnement selon une collection de nouveaux documents de recherche publiés ajourd’hui par l’UICN dans un numéro spécial de PARKS, la revue de la Commission mondiale de l’UICN sur les aires protégées.

« Bien que la crise mondiale de la santé reste prioritaire, cette nouvelle recherche révèle à quel point la pandémie de COVID-19 a nui aux efforts de conservation et aux collectivités vouées à la protection de la nature. N’oublions pas que ce n’est qu’en investissant dans la nature saine que nous pourrons fournir une base solide pour notre rétablissement de la pandémie et éviter de futures crises de santé publique », a déclaré le Directeur général de l’UICN, Dr Bruno Oberle.

Les efforts de conservation en Afrique et en Asie ont été les plus durement touchés, selon une synthèse d’enquêtes sur les impacts de la pandémie sur les opérations des aires protégées incluses dans la collection. Plus de la moitié des aires protégées en Afrique ont déclaré avoir été forcées d’arrêter ou de réduire les patrouilles de terrain et les opérations de lutte contre le braconnage, ainsi que l’éducation et la sensibilisation à la conservation. Un quart des aires protégées d’Asie ont également signalé que les activités de conservation avaient été réduites. En Amérique latine et du Nord, en Europe et en Océanie, la plupart des aires protégées ont pu maintenir les activités de base malgré les fermetures et les pertes de recettes touristiques.

La pandémie a également affecté les moyens de subsistance des gardes-forestiers des aires protégées et de leurs collectivités. Une enquête menée auprès de gardes-forestiers dans plus de 60 pays a révélé que plus d’un garde-forestier sur quatre avait vu son salaire réduit ou retardé, tandis que 20 % ont déclaré avoir perdu leur emploi en raison de compressions budgétaires liées à la COVID-19. Les gardes-forestiers d’Amérique centrale et des Caraïbes, d’Amérique du Sud, d’Afrique et d’Asie ont été plus durement touchés que ceux d’Europe, d’Amérique du Nord et d’Océanie.

Pour faire la lumière sur les répercussions de la pandémie de COVID-19 sur la politique environnementale, le numéro spécial de PARKS a analysé les mesures de relance économique et d’autres politiques gouvernementales pertinentes qui ont été mises en œuvre ou avancées entre janvier et octobre 2020. Il a identifié quelques exemples positifs de programmes de relance économique bénéficiant explicitement aux aires protégées et de conservation (APC) ou renforçant la protection de l’environnement; par exemple, huit pays de l’Union européenne ont réservé des fonds pour développer ou mieux protéger les APC, y compris pour le capital naturel et l’économie circulaire. Le Kenya, le Japon, le Pakistan et la Nouvelle-Zélande ont également inclus la nature dans leurs programmes de relance. Alors que 17 pays ont maintenu ou augmenté leur soutien aux APC, 22 pays ont réduit les protections dans au moins 64 cas en faveur d’un développement non durable, y compris la construction de routes ou l’extraction de pétrole et de gaz dans des aires désignées pour la conservation.

« Les aires protégées et conservées constituent une stratégie de conservation essentielle – elles contribuent à assurer la santé à long terme de la nature, des personnes et des moyens de subsistance. Il est encourageant de voir que la conservation de la nature est une priorité dans certains efforts de rétablissement de la COVID-19 », a déclaré l’auteur principale de l’étude sur les répercussions des mesures de relance, Rachel Golden Kroner, de Conservation International. « Nous ne pouvons pas laisser la crise actuelle compromettre davantage notre environnement naturel. Si nous voulons construire un avenir durable, il faut éviter de réduire les protections environnementales et planifier les mesures de rétablissement de manière à non seulement éviter les répercussions négatives sur la biodiversité, mais aussi à tracer une voie plus durable et plus équitable. »

Le numéro spécial de PARKS, qui a été publié aujourd’hui, fournit la synthèse la plus complète à ce jour de la recherche sur les liens et les répercussions de la COVID-19 sur la conservation de la nature. En plus de onze articles scientifiques évalués par des pairs, le numéro contient également des articles d’opinion de dirigeants environnementaux, dont le directeur général d’UICN, Dr Bruno Oberle, ancien président de la Colombie et lauréat du prix Nobel de la paix, Juan Manuel Santos, ancien Président d’Irlande et ancien Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Mary Robinson, biochimiste et lauréat du prix Nobel de médecine, Sir Richard Roberts, secrétaire exécutif de la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique, Elizabeth Maruma Mrema et le PDG et président du Fonds pour l’environnement mondial, Carlos Manuel Rodriguez.

« Investir dans la conservation et la restauration de la nature pour prévenir l’émergence future d’agents pathogènes zoonotiques comme le coronavirus coûte une petite fraction des billions de dollars que les gouvernements ont dû dépenser pour lutter contre la COVID-19 et stimuler une reprise économique. Cela permettra également de protéger les emplois, la santé humaine, les revenus et les ressources naturelles essentielles pour des milliards de personnes. Nous ne pouvons pas dire que nous reconstruisons mieux si nous ne le faisons pas tout en protégeant le monde naturel », a déclaré Carlos Manuel Rodriguez, PDG et président de GEF.

Le numéro spécial de PARKS est une initiative du Groupe de travail sur la COVID-19 et les aires protégées de la Commission mondiale des aires protégées de l’UICN. Pour de plus de renseignements, veuillez consulter le site Web du groupe de travail.

Autres citations:

« La pandémie de COVID-19 a été un rappel tragique de notre relation rompue avec la nature et les preuves dont nous disposons maintenant montrent que nous avons encore beaucoup de chemin à parcourir. Nous continuons de miner la nature lorsque les données scientifiques montrent clairement que nous devons agir de toute urgence pour mieux la protéger et la conserver, à la fois comme filet de sécurité pour les collectivités touchées et comme l’un de nos meilleurs alliés contre les futures éclosions de zoonoses. Les dirigeants mondiaux doivent tirer les leçons de cette crise et intensifier le soutien, le rétablissement et les investissements dans et vers les aires protégées et conservées, ainsi que les communautés locales et les populations autochtones qui en dépendent et qui les protègent », a déclaré Mariana Napolitano Ferreira, Responsable scientifique, WWF-Brésil.

« Ce que nous avons appris de nos 150 contributeurs, c’est que si le choc de la COVID-19 ne suffit pas à faire prendre conscience à l’humanité des conséquences suicidaires de la trajectoire destructrice de beaucoup de développement malavisé, avec ses attaques contre la nature, puis il est difficile de voir comment d’autres calamités – bien pires que la pandémie actuelle – peuvent être évitées », a déclaré Brent Mitchell, président du Groupe de spécialistes sur les aires protégées privées et l’intendance de la nature d’UICN-WCPA, co-éditeur de l’édition spéciale de PARKS.

« Au cours de la prochaine année, les gouvernements et d’autres se réuniront dans une série de réunions internationales pour décider comment stabiliser notre climat, préserver la biodiversité, assurer la santé humaine et relancer l’économie mondiale. Grâce à tous ces événements, nous devrions tirer les leçons de la COVID-19 en protégeant la nature et en restaurant les écosystèmes endommagés. C’est la mission que tous ceux qui ont le pouvoir d’apporter des changements doivent maintenant poursuivre », a déclaré Adrian Phillips, co-éditeur de l’édition spéciale de PARKS.                                            

Pour plus de renseignements ou pour organiser des entretiens, veuillez contacter:

IUCN Press Office

Téléphone portable: +41 79 536 0117, press@iucn.org

https://www.iucn.org/fr/news/world-commission-protected-areas/202103/les-repercussions-du-covid-19-nuisent-aux-efforts-de-conservation-de-la-nature-publication-de-luicn