De plus en plus d’éléphants d’Afrique naissent sans défenses en raison du braconnage

Par Radio Canada

Le braconnage intensif des éléphants d’Afrique pour leurs lucratives défenses d’ivoire a entraîné une évolution rapide de l’espèce, de plus en plus de femelles naissant sans défenses, montrent les travaux de scientifiques américains.

Nos résultats jettent un nouvel éclairage sur les forces sélectives que peuvent exercer les prélèvements humains sur les populations d’animaux sauvages, explique le biologiste évolutionniste Shane Campbell-Staton de l’Université de Princeton, qui a suivi avec ses collègues un groupe de 800 éléphants pendant plusieurs années.

D’atout à handicap

Posséder de grosses défenses représentait un avantage pour les éléphants. D’imposantes défenses leur permettaient de creuser pour trouver de l’eau, de retirer l’écorce d’un arbre pour se nourrir, et d’impressionner un adversaire au combat.

Mais depuis l’intensification du braconnage, posséder de telles défenses s’est transformé en véritable handicap.

Dans leurs travaux, les biologistes ont montré que les années de guerre civile au Mozambique ont conduit à une augmentation de la proportion d’éléphants qui ne développent jamais de défenses.

De 1977 à 1992, les combattants des deux camps ont massacré des milliers d’éléphants pour l’ivoire afin de financer les efforts de guerre. Dans la région maintenant devenue le parc national de Gorongosa, environ 90 % des pachydermes ont été tués.

La moitié des femelles qui ont survécu au massacre partageaient une caractéristique physique particulière : elles n’avaient jamais développé de défenses.

Ces femelles sans défenses ont ensuite transmis leurs gènes avec des résultats attendus, mais aussi surprenants. Environ la moitié de leurs filles étaient sans défenses. Avant la guerre, moins d’un cinquième d’entre elles n’avaient pas de défenses.

Plus surprenant encore, les deux tiers de leurs progénitures étaient des femelles.

Bien que l’absence de défenses était autrefois rare chez les éléphants de la savane africaine, elle est devenue plus courante, notent les auteurs.

Les années de guerre ont ainsi changé la trajectoire évolutive de cette population, estime Shane Campbell-Staton.

Une évolution rapide

La plupart des personnes pensent que l’évolution est un processus lent, mais les humains peuvent appuyer sur l’accélérateur.

Lorsque nous pensons à la sélection naturelle, nous estimons qu’elle se déroule sur des centaines, voire des milliers d’années, a déclaré Samuel Wasser, un biologiste de l’Université de Washington, qui n’a pas participé aux recherches.

<< Le fait que cette sélection vers l’absence de défenses s’est produite sur 15 ans est une découverte des plus étonnantes.>>

Les scientifiques veulent maintenant comprendre ce qu’un plus grand nombre d’éléphants sans défenses signifie pour l’espèce et son environnement de savane.

Des analyses préliminaires d’échantillons fécaux laissent à penser que les éléphants changent leur régime alimentaire lorsqu’ils n’ont pas de défenses.

<< Les femelles sans défenses mangent surtout de l’herbe, alors que les celles avec défenses mangent plus de légumineuses et de plantes ligneuses coriaces,>> explique Robert Pringle, coauteur de l’étude, dont le détail est publié dans la revue Science (en anglais). << Ces changements dureront au moins pendant plusieurs générations d’éléphants.>>

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1833766/elephants-braconnage-ivoire-evolution-disparition-defenses